HELENA-DARCQ

ABOUT CHEMIN

Acrylique, plâtre et pigments sur 30 blocs de bois gravés, 60x300x5, 2018-2019

Cette pièce est inspirée de gros plans photographiques réalisés sur des roches faisant partie d’un chemin de randonnée. Elles ont subi à la fois l’érosion lente du temps mais aussi l’érosion forcée dû au frottement des pas des randonneurs.

J’ai retenu parmi ces gros plans photographiques 30 « schémas pertinents » qui traitent à la fois de l’aspect structuré des strates rocheuses, de leur aspect poli mais aussi du désordre de la végétation et des aspérités qui y affleurent.

Avec l’idée de recréer un dallage imaginaire, j’ai creusé à la gouge dans le bois ce que j’ai observé de ces strates rocheuses, comme une trame qui relie chacun des 30 fragments qui composent la pièce. Cette trame, loin de constituer un repère pour la composition, a été la clé d’une expression gestuelle aléatoire, imposant des contraintes physiques aux traits du pinceau et à l’encre.

Ce dallage imaginaire porte en lui l’essence même du chemin parcouru sans pour autant en être une copie. Voué à s’adapter au lieu où il sera exposé, il questionne l’importance du chemin pour l’espèce humaine et la nécessité, à travers celui-ci, de dompter le paysage pour le rendre accessible mais également plus sécurisé. Comment l’homme travaille-t-il le paysage ? Comment une simple sente devient-elle chemin et comment l’idée de chemin devient-elle la quête abstraite d’une vie humaine voire d’une histoire collective?

HELENA-DARCQ

ARTISTE PLASTICIENNE

Née le 5 mars 1984, vit et travaille à Bruxelles.

«Au cours de mes études en Sciences politiques à Lille, je suis partie travailler un an dans une radio d’Etat chinoise à Pékin. Grâce à la rencontre avec un peintre chinois, j’ai pu m’initier à la peinture et la calligraphie, puis j’ai poursuivi et approfondi cet apprentissage dans le nord de la Chine. Revenue en Europe, j’ai travaillé par moi-même les bases apprises sur place.

Je me suis formée par la suite dans des ateliers au sein de plusieurs académies des Beaux-Arts (en gravure et dessin, actuellement en céramique). J’expose mon travail régulièrement depuis 2011. J’ai été sélectionnée pour plusieurs prix artistiques en 2017 et 2018 (Louis Schmidt, Woluwé Saint-Pierre). J’ai reçu le 1er prix de la ville d’Antoing (novembre 2018), le prix Pierre-Paul Hamesse (décembre 2018) J’ai été sélectionnée pour Art Truc Troc& Design 2019 à Bozar à Bruxelles.»

Héléna Darcq

Extrait du texte de Michel Van Lierde, collectionneur et chroniqueur d’art, Novembre 2018 :

Chez Héléna Darcq, la quête du commencement -soit la base même du sens de l’existence- se situe au cœur de la Nature. Ce sens, chez l’artiste peintre, est intimement lié à la notion de trait.
Elle évoque ses constructions, que ce soit des peintures ou des peintures sur bois gravé :Read More...

«Elles sont à l’origine très composées dans ma tête. Une fois le pigment posé, j’éclate volontairement la composition pour mettre de nouveau au centre la spontanéité organisée que je perçois dans la Nature. J’aime l’opposition entre “le chaos maîtrisé” engendré par le geste peint et la structure harmonieuse induite par l’assemblage géométrique des supports de bois.»

Héléna Darcq s’est familiarisée au traitement des papiers de riz, à leurs propriétés d’absorption ou d’expansion comme bases pour ses encres diluées, gouaches et aquarelles [..]. Ses outils: une gamme variée de pinceaux faits de poils naturels de chèvre, loup, blaireau ou de plumes de coq. Ils sont sélectionnés pour leur robustesse ou leur flexibilité.

Ses supports: souvent des panneaux de bois qu’elle incisera à la gouge tels des plaques pour estampe. Une fois peints, leurs nuances et contrastes déclinés du blanc au noir extrême, dégagent puissance et mouvement. Un rare sens de la dynamique, du geste contrôlé, voire de l’élan, habite les compositions et leurs âpres surfaces. Tels des bas-reliefs, ils invitent au toucher.

Quant aux couleurs, Héléna Darcq les confectionne elle-même. Au départ de divers pigments de bois calciné, d’écorces, d’essences de vigne ou de hêtre et de particules de schiste ou de manganèse elle opte parmi ces substances en fonction de leur densité ou volatilité. Elles impriment la cadence d’une symphonie accentuée en Noir de Chine.

Michel Van Lierde

Formation

2018 : formation en céramique sculpturale contemporaine, Plateau 96, Bruxelles
2017 : stage en gravure dans l’atelier de Paul Dumont, Académie des Beaux-Arts, Uccle
2014 : stage en gravure au centre de la gravure et de l’image imprimée, La Louvière
2010 : formation dans plusieurs ateliers du Plateau 96, Bruxelles
2009 : séjour d’un an à Haerbin, Chine – rencontre avec deux maîtres calligraphes et graveurs 2006 : séjour d’un an à Pékin, Chine – rencontre avec An Gu Yu, peintre traditionnel chinois
2004-2009 : Master en sciences politiques à l’Institut d’Etudes Politiques (Sciences po), Lille

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2018 Galerie Begramoff, Bruxelles
2017 Art Company, Bruxelles
2016 Galerie Begramoff, Bruxelles
2014 Galerie Begramoff, Bruxelles

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2019 Macadam Gallery, Bruxelles
Art Truc Troc& Design, Bozar, Bruxelles
2018 Galerie La Ralentie, Paris
Maison du Peuple de Saint-Gilles pour le prix Pierre Paul-Hamesse
Prix artistique d’Antoing, foyer culturel d’Antoing
Prix artistique de Woluwé Saint-Pierre, hôtel communal de Woluwé Saint-Pierre Parcours d’artistes de Schaerbeek
2017 Parcours d’artistes de Rhode-Saint-Genèse
Extra Small, Maison des Arts de Schaerbeek
2016 Maison du Peuple de Saint-Gilles pour le prix Pierre Paul-Hamesse
Parcours d’artistes de Saint-Gilles, Art Company
2014 Maison du Peuple de Saint-Gilles pour le prix Pierre Paul-Hamesse
Galerie Passerelle Louise, Saint-Gilles

FOIRES

2018 Affordable Art Fair, Galerie Begramoff, Bruxelles
2016 Affordable Art Fair, Galerie Begramoff, Bruxelles
2012 Accessible Art Fair, Bruxelles
2010 Accessible Art Fair, Bruxelles

Prix

2018 1er prix artistique de la ville d’Antoing
2018 Prix Pierre-Paul Hamesse (Saint-Gilles, Bruxelles)

Other artists